Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 10:06
 
Maison de santé
Au village, ils viennent d’inaugurer une maison de santé. Toutes les huiles étaient là: le préfet, le député, le sénateur, le président départemental de l’ordre des médecins. Même la ministre a failli venir! C’est dire… 
Mais personne pour représenter les malades. Aucune invitation! Déception! Je me voyais pourtant bien faire un discours. Un beau discours de malade dans la maison de santé.

 

Généraliste
Le nouveau généraliste est jeune, grand, beau… Sans doute sent-il bon le sable chaud. Chez l’ancien flottait une odeur de tabac froid et d’alcool fort. Mais tout allait bien alors, son pèse-personne sur-estimait mon poids et son tensiomètre sous-estimait  ma pression sanguine. 
Chance, aujourd’hui, le nouveau toubib est assisté de son stagiaire. Deux sur mon seul corps penchés, je suis aux anges! Je ne peux m’empêcher de comparer leurs manières d’ausculter et l’ancienne:  mon vieux médecin avait une vue d’ensemble de la bête, eux détaillent chaque morceau. L’esprit de synthèse contre l’esprit d’analyse…
Vite rhabillé, je  suis maintenant assis  sagement prés du bureau,  carte vitale dans une main et 25 euros dans l’autre. Moment du diagnostic. Rappel: je suis venu  pour un petit rhume qui ne passait pas…
De l’autre côté de la table, ils s’interrogent à haute voix, peut-être un cancer, peut-être le sida, peut-être autre chose ou peut-être pas?  Ils se tournent vers moi et disent : on verra plus tard après les analyses.
J’ai bien entendu. Il fait beau, les larges fenêtres vitrées du cabinet flambant neuf laissent passer une éclatante lumière. La vue au loin sur la plaine est magnifique. Peut-être le cancer, peut-être le sida? ...Youpi! La vie est belle!  On attendra… 
 

Ophtalmo 

Elle est jolie, mais sévère. Elle dit : regardez au centre, en haut, en bas, à droite, non à droite, à gauche, en haut à gauche, plus à gauche encore,
Et moi j’obéis. J’obéis au doigt et à l’oeil. Justement le doigt…Son doigt délicatement soulève ma paupière. J'admire, de l’autre oeil, coquin, mais valide, la finesse de la main.
J’en ai parlé à mon psy, il me met en garde (je le crois jaloux de ses prérogatives), attention, pas de transfert, avec un ophtalmo c’est rigoureusement interdit et hors de prix!

 

Partager cet article

Repost0

commentaires