Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 08:46

famille.jpg

 

 

"Je suis un enfant trouvé.
 Mais, jusqu’à huit ans, j’ai cru que, comme tous les autres enfants, j’avais une mère, car, lorsque je pleurais, il y avait une   femme qui me serrait si doucement dans ses bras en me berçant, que mes larmes s’arrêtaient de couler."

 Hector Malot  "Sans famille"

 

 

Problèmes de couple, relations mère-fille, cousinades, héritages et autres joyeusetés, ces histoires de famille, depuis le temps que, comme disait l'autre, je hais les familles, avaient tout pour me déplaire ! Je lis pourtant, et voilà qu’elle m’embobine : je me mets à son côté, à sa place par la force d’une  écriture qui m’implique  au-delà du raisonnable. Miracle de cette littérature : en lisant, j’écris !  J’ai donc écrit le livre d’Hélène Lenoir* comme un roman policier, vite, d’une seule traite, essoufflé, le cœur battant, pressé d’en finir.

En finir…C’est que le roman  fait (re)surgir dans l’intime (et de quelle manière !) ce que nous disent les statistiques de la police et de la gendarmerie : la famille est le lieu le moins sûr, le plus violent, le plus criminogène.  

La famille, pour son salut, il faut la fuir!

 

Sain message, beau roman, grand écrivain. Encore une fois, merci Minuit.

 

*Hélène Lenoir "Pièce rapportée" (Les Editions de Minuit)


Partager cet article

Repost0

commentaires

Emile Gillmo 23/07/2013 19:40

Le cubi de rosé, il nous donne mal à la tête bien avant de le boire... Quant au chien, dès qu'on y pense, on se gratte... Approche psychosomatique de la famille?

Albert Lefacteur 29/06/2013 20:58

Le pire dans la famille, c'est le chien qui accompagne la visite du dimanche... Invariablement, on le présente dénué de son caractère animalier et plutôt comme un être qui fait vraiment partie de
la famille... On suppose donc d'emblée qu'on lui doit donc les mêmes égards... "Il ne lui manque que la parole... Il est intelligent... Il est comme notre fils". Autant de compliments flatteurs
pour justifier sa présence.
Lorsque le chien attend sagement la fin de l'après-midi pour faire sa grosse commission dehors, on se dit alors qu'il est effectivement bien élevé et qu'on aimerait que ses parents prennent exemple
sur lui.

paperasse 08/06/2013 14:06

Je comprends tout cela... Mais la cousinade reste un lieu privilégié pour, à la manière d'Annie Ernaux, comparer sa propre trajectoire avec celle de ses proches, et essayer alors d'analyser les
paramètres socilogiques qui ont fait que je suis celui-ci et pas celui-là... On est d'accord pour dire qu'à mesure que le cubitainer de rosé se vide, le celui-ci et le celui-là deviennent
honteusement embrouillés...

ABC 05/06/2013 22:48

vie de famille
sourires et larmes
rien n'est acquis