Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 10:14

sapins2

 

 

Je suis si heureux de te faire plaisir !


Il a son bon sourire et pourtant la phrase me glaçe. Depuis toujours, il n’est que mots gentils, attentions, menus services, petits cadeaux. Il trouve toujours un prétexte pour me faire plaisir. Mais, à la fin, trop, c’est trop ! Aujourd’hui comment lui dire, sans le rendre malheureux, tant il semble heureux de me faire plaisir, que de me faire plaisir, ça ne me rend pas heureux ?

 

Devant lui, j'ai trop longtemps fait semblant d’être heureux. j'ai mimé la joie, trépigné, poussé des petits cris, je l’ai serré dans mes bras, en lui disant merci, merci, mille fois merci, ce que tu es gentil ! Autant de réactions qui, hélas, l’ont conforté dans l’idée qu’il me rend  heureux en me faisant plaisir.

 

Il est devenu cette araignée bienveillante qui a tissé sa toile et m'a pris dans les fils gluants de sa bonté. Je vis l’enfer de sa prévenance obsessionnelle. J'aurais tant aimé qu’il me donne au moins une fois une raison de ne pas l’aimer, au moins une fois une raison de penser que mon amour pour lui puisse être déraisonnable.

 

Mais c’est bien tard pour lui avouer que ce que j'aime le moins en lui c’est son excès de bonté, de prévenance, d’amabilité, de politesse, de courtoisie, cette gentillesse dégoulinante de tous les instants et surtout cette certitude béate qu’il a fini par acquérir au fil des années d’être le bien, le bon, le juste, le droit, le meilleur dans sa seule personne incarnés. Oui, je lui ai laissé trop longtemps le champ libre sur le créneau de la bonne humanité. Par ma faute, il a  pris la grosse tête, a enflé des chevilles, bref, à gonflé de partout.

 

C’est maintenant un être bouffi de bonté, sorte de baudruche géante, monstrueuse, effrayante de vertu, faisant de moi par comparaison une mesquine  chambre  à air de méchancetés. Que n’entend-il pas l’effroi, mais aussi la sourde menace, dans ma voix quand je lui réponds avec un sourire de supplicié, tu es trop gentil, beaucoup trop gentil !

 

Et ce qui devait arriver arriva : le jour de Noël, je me suis enfin décidé  à lui offrir ma petite boîte de chocolats empoisonnés. Oubliant que dans son implacable générosité il voudrait sur le champ les partager avec moi...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Paperasse42 19/04/2014 19:09

La question du jour : Emile Gilmo a t-il réellement succombé aux bonbons ?

Emile Gillmo 20/03/2014 14:07

Actualité permanente des propos de Brecht.

Albert Lefacteur 20/03/2014 21:26

"Il y a une exubérance dans la bonté qui semble être de la méchanceté" Friedrich Nietzsche
Ainsi, notre ancien Président était tellement bon avec le peuple libyen, avec Angela, avec Sylvio, avec Madame Michu que parfois, on pouvait se demander si ça ne cachait pas quelque chose... Peut-être les juges bâtards bordelais avaient-ils finalement percé la cuirasse !

jj 26/02/2014 14:19

excellent votre texte, sa chute
dans un autre ordre d'idée, plus politique, plus social, le texte de Brecht sur la bonté.
Trouvons ce qui se cache derrière la bonté


A quoi bon la bonté

A quoi bon la bonté
quand aussitôt sont abattus les bons, ou abattus
ceux vers qui va leur bonté ?

A quoi bon la liberté -
quand l'homme libre est forcé de vivre
parmi les enchainés ?

A quoi bon la raison -
quand l'irraison seule procure le manger
dont chacun dépend ?

Au lieu d'être seulement bons, efforcez-vous
de créer un état des choses qui permette la bonté, ou mieux
qui la rende superflue.

Au lieu d'être seulement libres, efforcez-vous
de créer un état des choses qui libère tout,
même l'amour de la liberté
devenu superflu.

Au lieu d'être seulement raisonnables, efforcez-vous
de créer un état des choses où l'irraison devienne
une mauvais affaire.


Bertolt Brecht, 1935

Paperasse42 26/01/2014 11:02

J'imagine quand "la mesquine chambre à air de méchancetés" éclate et c'est si fragile une chambre à air, une nuée incontrôlable de petites cruautés, malveillances, propos orduriers qui retombent
sur l'entourage...Et pfuitt, un petit coup de vent et une envolée soudaine vers d'autres horizons...Je comprends maintenant pourquoi la méchanceté se répand plus vite que la bonté, c'est la
question du contenant !

Emile Gillmo 22/01/2014 18:53

Relation toxique? Inversion des valeurs? Comme on dit: "l'enfer est pavé de bonnes intentions".
On peut trouver dans toute vertu du vice. Et vice et versa...