Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 07:40

 

porte.jpg

 

Elle me demande si, un jour, dans ma vie, j’ai connu l'aventure. Je souris.

-  Oui, oui. Un jour, c’est vrai, un type est venu chez moi. Il ressemblait  à Patrick Dewaere, dans Série Noire, un jeune gars plein d’énergie, écorché vif, qui bougeait beaucoup et parlait à toute vitesse. Il voulait me parler de tas de choses, des gens, de la vie,  du monde. Je l’ai tout de suite aimé. Le coup de foudre!  

 - Alors ?

  - Pouvais-je le laisser entrer et s’installer chez moi?  Non. J’ai refermé la porte. J’ai  mis le DVD dans le lecteur et je me suis assis dans mon fauteuil, devant la télé, au salon. Avec la télécommande, j’ai monté le son. Sur l’écran, j’avais le film en vrai.

 

http://www.youtube.com/watch?v=P7QbCk4IU38


Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 12:37

 

 village2.jpg
   (à Dino Buzzati)

 

 

Rien ne ressemble à Mélilem, ce village aux confins des déserts.
Il apprit l’attente interminable du désir des autres, ce goût de solitude.
Décrire le lent cheminement des morts vers la vie.
L’ombre portée sur la nuit, parfois cette absence de nuit qui n’est pas la lumière.
Mélilem, chant des êtres oubliés, silence glaçant des souvenirs non partagés.
Mélilem, village miroir au reflet brisé.

 


 


Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 14:48

 

 

Arromanches.jpg

 

 
On  lui a raconté mille et une fois l’Histoire, notre homme n’en démord pas : il trouve qu’il y a trop d’anglais et d’américains ici, et qu’ils sont responsables de la hausse des prix.

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 08:35

 

 fen-vide.jpg

 

 

Il fit un sandwich de rien avec deux tranches de vide, embrassa sa poupée qui dit “pschitt”, ouvrit la fenêtre.


Le vent l’emporta, léger et libre, comme un ballon invisible.

 


Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 14:35

 

atlas.jpg 

 

 

 

Quand il rêve le monde, c’est Dublin, ses pubs, trouver le mur où pisser juste. C’est Naples violente, regardée de Sorrente la douce. Lisbonne pour Pessoa, pour personne. Rome, Athènes mêlées de bruits, de poussières, de chaleur.
Il veut sauver ces temps de bonheur triste, ces jours sans histoire, les silences, les inconnus croisés. Il ne sait décrire ces fragments de passé vide que par des phrases creuses, un rythme, toujours le même, celui de la monotonie des heures, des redites, une illusion d’éternité.
Un coin de terrasse qui passe lentement du soleil à l’ombre, les veines bleues  d’une main, ce genou qui bat la cadence, une attente, une patience, une douceur qu’on voudrait infinies  et le désir soudain de tenir le temps arrêté.
C’étaient au mur, près d’un porche, des grappes de tomates naines, rouges. Les avait-il rêvées ?

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 08:34

 

 golf2



Le golf de Saint-Etienne est un beau golf de ville implanté sur une ancienne décharge publique au milieu de jardins ouvriers. Se trouvent séparées par une simple route deux manières de vivre son troisième âge. L’une jardine tandis que l’autre swingue. 
Chacun est le voisin et le martien de l’autre.


http://
www.golf-st-etienne.com/

http://www.culture.gouv.fr/documentation/phocem/Albums/Moulin-presentation.pdf

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 12:21

 

Marguerite.jpg

 

Il pleuvine. Dans une ruelle, nous trouvons abri  à la terrasse d’une pâtisserie et partageons le thé avec une  inconnue, la quarantaine, assise à la table voisine, qui nous raconte  sa vie. Elle vient de perdre coup sur coup sa mère et une amie. Elle déprime.

Elle nous raconte aussi  le  charme  de Trouville l’hiver.   Quand on la quitte, elle montre de la main le bout de la rue, à l’église prenez à droite,  allez jusqu’aux Roches noires,  descendez l’escalier de l’écrivain,  (elle hésite sur le nom, je souffle, Marguerite Duras), oui, Marguerite Duras, puis revenez par la plage. C’est ce que j’aime faire. Nous faisons comme elle a dit, prenons une photo à la va-vite au bas de l’escalier pour ne pas regretter plus tard de ne pas l’avoir prise. Et là, miracle, dans le viseur, c’est Marguerite !

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 07:23

 

 

Be.jpg


 

 

J’ai toujours aimé lier mes déplacements à la littérature et à la bonne bouffe (ne soyez pas uniquement géographe, disait mon prof à la Fac, ce serait quand même trop bête !). Aussi, à Saint-Malo, après le déjeuner, en passant par la plage à marée basse, je me rends sur l’île du Grand Bé pour voir la tombe de Chateaubriand. C’est aussi un hommage rendu à Lagarde et Michard.

 

« Un caractère moral s’attache aux scènes de l’automne : ces feuilles qui tombent comme nos ans, ces fleurs qui se fanent comme nos heures, ces nuages qui fuient comme nos illusions, cette lumière qui s’affaiblit comme notre intelligence, ce soleil qui se refroidit comme nos amours, ces fleuves qui se glacent comme notre vie, ont des rapports secrets avec nos destinées. »

« Mémoires d’outre-tombe »  Chateaubriand

 

J’ignore si les jeunes gens assis  négligemment sur la balustrade qui entoure la tombe ont lu ces mots, mais ils discutent et rient sans se soucier de l’éternel repos de l’illustre écrivain. J’envie cette insouciance.

C’est vrai que nous ne sommes  qu’à la fin de l’été, nous respirons un air résolument marin et la vie sur la mort semble encore avoir tous les droits.

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:25

 

 

goury-2.jpg

 

 

Grâce à ces usines atomiques, ce côté-ci du Cotentin est moins couru : on peut y passer des vacances tranquilles dans des villages sur subventionnés qui rutilent de  coquetteries.  

A Goury, on  se pointe  au resto le soir sans réserver. Les  poissons dans l’assiette sont magnifiques et pas fluo du tout. On a un peu mauvaise conscience d’avoir voté Europe Ecologie. Le nucléaire a du bon.


Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 09:48

posol.jpg

 

A 17 heures, il s’installe à la terrasse d’un café intello et désuet recommandé par le guide du routard.  Comme toujours, la jeune serveuse est magnifique. Il prend le thé dit « du poète solitaire ». C’est juste de l’eau teintée, bouillie et un peu chère, mais il est ravi: il tient son rang.

 


Partager cet article
Repost0