Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 08:31

vichy.jpg

Pastille

Des vieilles dames et des caniches. Un kiosque et des concerts gratuits. Des palaces fermés. Un couple fatigué s'enfonçant dans la nuit.
Vichy, c’est bon pour le moral!


 

 

Cure

D’anciens collaborateurs venaient ici chercher une nouvelle jeunesse. Gâteux, ils confondaient Madame de Sévigné et la comtesse de Ségur.
Dans son menu diététique à prix gastronomique, le chef leur proposait de subtiles variations sur les eaux et les carottes. Alors, épris d’une mesquine équité quantitative, chacun des pensionnaires épiait l’assiette de son voisin pour exercer ensuite ses restes de pouvoirs sur de malheureux serveurs.

 

 

Plage

Nous avons repris notre marche vers Vichy plage.
Pour imiter Paris et Lyon, les équipes techniques de la ville avaient traîné sur la rive deux palmiers dans des pots, tendu un filet de volley sur le sable et monté des tables de ping-pong. La cabane provisoire qui abritait les secours et sur laquelle flottait un drapeau rouge était fermée. Dans l’eau, l’espace délimité pour les nageurs par des lignes flottantes était inoccupé.
L’ensemble avait été inauguré en grandes pompes la semaine précédente et le maire Claude M., euphorique, s’était jeté tout habillé dans l’Allier. Mais quelques heures après, on avait appris que la rivière était gravement polluée et toute baignade interdite. Depuis, une partie de la ville rigolait.
Décidément Vichy n’était pas faite pour les plaisirs de la jeunesse. C’est pour ça que j’aimais cette ville : à un âge avancé, on pouvait encore y passer pour un jeune homme.
Avec mon compagnon de marche, nous regagnâmes ensuite nos pensions en traversant le parc des Célestins. Nous parlions des tarifs comparés de nos hôtels et de l’organisation de leurs menus (fromages et desserts pour l’un, fromages ou desserts pour l’autre) comme si c’étaient les choses les plus importantes de la terre. 

Partager cet article

Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 09:18

mur.jpg


La Potsdamerplatz.

D’un no man’s land, ils ont voulu faire un centre de vie. On y mange donc des frites. Une jeune fille admire la coupole du Sony Center. Plus âgés, ce qu’on a  préféré, de loin, c’est remonter en vélo la Karl Marx Allée, pris dans la vague des employés qui regagnaient à toute vitesse leurs banlieues en fin d’après-midi. Nous nous imaginions communistes et fiers de l’être.  Je fredonnais en pédalant un air qui ressemblait à l’hymne soviétique. C’est dire!

 
l’Alexanderplatz

J’ai appris trop tard que cette place avait donné son nom a un roman d’Alfred Döblin. Je l’aurais regardée d’un autre œil.

 
 
Le Mur.

Est-ce bien le bon ? Et de quel côté était l’Est ? Et l’Ouest ? la tension est forte dans le petit groupe.   On n’a pas le droit de se tromper. Tout le sens du voyage se joue sur cet instant.


 
La rue Husemann

Loin de la circulation, dans la charmante rue Husemann, on s’assoit à la tranquille terrasse d’un café pour manger une glace. Un homme torse nu viendra mettre des gravas dans une benne verte posée sur le trottoir d’en face. Malgré toutes les précautions qu’il prend à vider sa brouette, on redoute la poussière sur notre chantilly.

 
 
Pankow

Après le Mauerpark surpeuplé et son stade, le panneau sur la piste cyclable indique que le quartier de Pankow est  à plus de 2 Km. Il fait chaud, il y a  l’interminable pont qui enjambe les voies ferrées à traverser et qui monte, nous renonçons.

Même d’ici, Pankow reste une destination  exotique.

Partager cet article

Repost0