Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Microsystoles,  le blog d'Emile Gillmo

microfictions, microfrictions, microfrissons

Randonneur

Publié le 2 Septembre 2013 par Emile Gillmo in Voyages

 

 

sac.jpg 

 

 

Il s’était équipé au Vieux Campeur. Chaussures, chaussettes, pantalon, chemisette, bob, tout était ultralight. Ses bâtons de marche télescopiques en titane ne pesaient que quelques grammes. Mais, dans le  petit sac de montagne en gore-tex cordura dernier cri, il avait mis un sandwich au jambon cru qu’il s’était fait le matin avec  deux tranches de pain de pays dense et bio qui devaient peser chacune au moins la tonne.

 

Commenter cet article
E
On comprend mieux l'ivresse des cimes!
Répondre
C
Que voilà de sages paroles ! Je confirme que le saucisson grignoté à 2000 m, c'est le paradis et que le même saucisson à 3000 m, c'est l'extase. Et peu importe, le poids dans la musette... Mais<br /> quand même, un petit verre de rouge pour accompagner, ça ne nuit pas, n'est-ce pas ?
Répondre
A
Le montagnard recherche la légèreté renouant ainsi avec les années 50. J'ai d'abord grimpé avec une corde directement reliée au corps puis avec une corde attachée à un cordasson (petite<br /> ceinture)quelques modestes sommets.La glissade était interdite ! Aujourd'hui, l'équipement s'est perfectionné mais la montagne reste un territoire à risques qu'il faut aborder avec humilité et bon<br /> sens. Quant à l'alimentation, j'ai toujours préféré le saucisson aux barres vitaminées même avec un poids supplémentaire. Question d'époque.
Répondre