Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Microsystoles,  le blog d'Emile Gillmo
microfictions, microfrictions, microfrissons

Sport business

Emile Gillmo #Air du temps

 

 

 

Tennis et fisc

Mieux elle jouait et plus elle se rapprochait de la Suisse.



 
Foot et fric

Un soir à Gerland, il vit onze millionnaires en culottes courtes ovationnés par des milliers de pauvres.



 
Cyclisme et dopage.

A l’arrivée de la course, sur le podium, il y avait un asthmatique et deux bronchiteux. Les bien portants se trouvaient relégués, ce n’était que justice, dans les profondeurs du classement.

 

Au dessous du volcan

Emile Gillmo #Air du temps
Eruption1

Bloqué sur l’aéroport, pris en otage par les fumées du volcan,  le touriste  interviewé par le journaliste  est  furieux. Il a téléphoné à l’ambassade, qui lui a dit d’appeler le consulat. Mais Monsieur le Consul ne peut rien faire, même pas se rendre sur place pour compatir à sa détresse ou lui envoyer une cellule d'aide psychologique. Scandaleux ! Notre homme devra  donc patienter. L’horreur absolue !

Pendant ce temps en Haïti…

 

Eruption 2

Il suffit qu’un volcan islandais crache des nuages de cendres et je ne trouve plus chez mon épicière préférée ces petits ananas goûteux dont je raffole !
Ça commence à bien faire !
La prochaine fois, je voterai pour qui parle à l’oreille des volcans.

 


Poésie

Emile Gillmo #Littérature

 

 

 arbre-2.jpg



Je reviens d’un colloque sur la poésie. Les intervenants s’y sont vite étripés. Derrière chaque poète se cache un boucher.
Comment expliquer?
En tout homme est un poète qu’il faut saigner.
L’homme n’aime pas le poète qui est en lui.
La poésie est un aveu de faiblesse.

 


 

Exemple 1  

Comme il conduisait sa voiture trop lentement, en le dépassant, je l’ai traité de « poète ».  A sa réaction, j’ai bien vu que, par courtoisie, j’aurais mieux fait de le traiter d’ «enculé».


Exemple 2

J’ai dit à mon voisin que j’écris des poèmes. Il  est désemparé. C’est bien pire que du tapage nocturne. De savoir que j’écris la nuit l’empêche de dormir. Et aucun huissier pour constater le délit.  J’écris sur qui ?
Quand je lui ai montré  mes poèmes, il a dit :
-  Mais ça ne rime à rien !

 

 

 

Tant qu' on ne sait pas lire, la poésie c’est le pied.  L’école hélas n'aime  ni les poètes ni les écoliers.
- Qu’est-ce que la poésie les enfants ?
Un doigt se lève au fond de la classe.
- Je sais, moi je sais, Madame. La poésie, c'est quand on dit par coeur le vendredi avant la récrée. 

 

 

 

La poésie est économe : avec peu de mots, on fait un petit livre qui est peu lu.


La poésie n'est pas économique:  si on tient compte du nombre de mots imprimés et du prix du bouquin, le mot du poète vaut plus  que le mot du romancier. Ecrire un poème et le faire publier, au prix du mot, ça n’a pas de prix.  

Aux éditions de Minuit, il y a des romans aussi courts que des poèmes. Souvent quand un roman est court, c’est qu’il est bien écrit. Du moins, on le dit, comme pour l'excuser.

Bien sûr il y a des poèmes longs. Par exemple, La Légende des siècles. Mais c’est barbant à la fin. On ne lit jamais aussi longtemps.

On ne peut définir la poésie car bien que finissante, elle n’est jamais finie. En tout cas le poète, lui, ne l’est pas bien. La preuve.

La poésie, c’est  laisser aux mots le dernier.

 


L'inversion du sujet

Emile Gillmo #Chroniques

 

 

usage-1.jpg 

 

 

 

- Viens-tu ?
C’est une petite prostituée, dans une ruelle près des quais. J’ai failli ne pas comprendre sa question. Je m’enquiers du prix :
- Combien est-ce ?
J’acquiesce alors de la tête et la suis.

 


Air shot

Emile Gillmo #Chroniques

 

 

golf.jpg 



Quand le toubib lui apprit  qu'il souffrait d’une bursite du gros trochanter,  il comprit tout de suite la difficulté qu'il aurait, dit comme ça, à convaincre son entourage que ce n’était pas une maladie honteuse. Il opta  alors pour ne déclarer qu’un banal problème de hanche.
En fait, comme souvent ceux qui débutent au golf, rêvant d’égaler Tiger Wood, il
 voulait taper le plus fort possible dans la balle. La tête de son club passait alors invariablement  au-dessus  de la balle et il effectuait ainsi, pour rien, à toute vitesse et tournant sur lui comme une toupie, ce que les spécialistes nomment un air shot.  De tous les coups manqués au golf, c’est  le plus humiliant.  A le répéter à chaque séance, il s'était détruit aussi physiquement.  Le corps, à la longue, se fatigue de la maladresse.
Bien sûr,  il ne pouvait raconter ça à personne.  Il répondait donc à ceux qui lui demandaient pourquoi il boitait, qu'il s’était fait mal à la hanche en bêchant son jardin.  Par ces temps de crise économique, c’était une explication qu'il jugeait plus convenable.


Déclaration d'amour à Cioran

Emile Gillmo #Littérature

 

chaussures-3.jpg 



Une fin d’après-midi d’été, assise au bar, une belle randonneuse. Dépasse de son sac de marche, à ses pieds, la tentation d’exister.
Je baratine, pour l’amadouer, que je suis comme Cioran, que j’écris en petit ce qu’il écrit en grand. Que j’ai l’esprit de Cioran, sans la manière. Que, comme lui, « La marche est mon salut ». J’ajoute que, souffrant d’une tendinite, et là je plie la jambe gauche pour tapoter avec l’index mon talon, je ne marche plus.
La jeune femme sourit enfin.
« On ne décrit pas un sourire ». C’est pratique. Définitivement j’aime Cioran.


 

  La tentation d’exister    Cioran (Gallimard)
  Cahiers 1957-1972       Cioran (Gallimard)

 

Cotte de mailles

Emile Gillmo #Chroniques

Betsy

Emile Gillmo #Petites histoires

 

 série noire 2



Betsy voulait son meurtre. Ses yeux brillaient, sa voix suppliait :
- Dis, on va la tuer, on va la tuer, promets qu’on va la tuer, promets ! 
J’éclatais de rire :
- C’est promis. Tu y tiens tellement ? 
- Plus que ça ! Tu me laisseras faire ! Tu verras, ce sera classe.
Elle était rayonnante. Pour me remercier, elle me fit un gentil baiser.

C’est horrible ce qu’on a fait ! C’est horrible…Peut-on aller plus loin ?
Difficilement Betsy, si Dieu existe, nous serons damnés. 
Betsy avait l’air d’un ange, elle posa la tête contre mon épaule :
- Tu me tueras avant l’aube, je ne veux pas voir le jour. Les journaux, les flics, les ambulances, ce sera moche. 

L’ivresse était retombée. Envie que tout s’efface, rejoindre Touna la tendresse, me blottir dans le lit chaud, m’endormir contre son corps. Demain, cela ne serait qu’un mauvais rêve.
La voiture avançait tous feux éteints. Nous descendions vers le fleuve. Roulons encore Betsy.

La culture en question

Emile Gillmo #Chroniques

 

 

 biblio2.jpg

Depuis des années qu’il fréquente ces lieux, il a tout lu.
Ce matin, sur l’esplanade de la Bibliothèque François Mitterrand, un homme l’interpelle:
- Mais si la culture n’est pas partagée, qui saura que tu es cultivé ?

Un fauteuil déplacé

Emile Gillmo #Chroniques

 

 

mobilier.jpg

 

 

 

On me l’avait enfin livré.   Mais, par sa tenue, ce coûteux petit fauteuil en cuir gris de chez Steiner Paris, soudain posé dans le salon, me mettait minable. Pour m’y asseoir, il aurait fallu me faire beau. C’était au-dessus de mes forces.  Je le rangeai au grenier et repris ma vie  de plouc.


Afficher plus d'articles

<< < 10 20 21 22 23 24 > >>
RSS Contact